Le collectif  VGL a entamé une série de réunions d'information  et de débats sur les enjeux de la LGV Bordeaux Toulouse.

Une première réunion associative d'information envers les habitants de la commune  de  Castelferrus a déjà été animée par le collectif  à Castelferrus le  26 Mars 2010.

D'autres ont suivi dans l'ordre ou le désordre :
Montauban
Valence dAgen
Caumont
Castelmayran
Communauté de Communes et Saint Nicolas de la Grave
Castelsarrasin,
Donzac
saint Cirice,..
d'autres sont en préparation.

 Montauban le  9 Avril 2010,  Salle Maison du Peuple

Vendredi soir, maison du Peuple, rue Michelet à Montauban où s'est tenue une réunion d'information sur la LGV.
Deux cents personnes se sont retrouvées dans cette salle afin de quérir une information objective qui leur faisait défaut. Venu d'horizons divers (associations, riverains, simples curieux,... le public a assisté à une présentation du projet de la LGV qui va traverser le Tarn et Garonne.


Tout d'abord, monsieur Philippe Barbedienne, représentant la SEPANSO, a déroulé un diaporama qui reprenait la plupart des thèmes et problèmes posés par cette voie nouvelle. Ont été abordés les points relatifs à l'utilité de la ligne elle même, les raisons officielles et les raisons cachées qui ont conduit à l'élaboration du projet. Les arguments soutenus par le promoteur du projet n'ont pas résisté à une analyse détaillée et parfaitement illustrée qui remet en cause le discours officiel, largement diffusé par les médias et martelé par la classe politique régionale.
Ensuite a été projetée la vidéo réalisée par le président de l'association de Castelmayran, ainsi que celle du survol du chantier LGV Est, fournissant des éléments visuels marquants relatifs aux effets néfastes de tels chantiers.
La réunion s'est poursuivie par l'intervention de monsieur Charles d'Huyvetter, président du collectif TGV en Albret, qui a fait la génèse de ce collectif et le résumé de leurs actions diverses.


Enfin, la dernière partie des exposés était présentée par monsieur Jean Paul Damaggio, représentant l'association d'Angeville. Ce dernier a formulé diverses réflexions et observations sur la Gare nouvelle de Montauban qui peut se résumer en une interrogation, une gare nouvelle, pour quoi faire?
Sa brillante démonstration confirme les observations faites dans d'autres régions qui se sont trouvées dans la même situation: une gare LGV est une gare fantôme, perdue au milieu de nulle part, qui n'aura qu'une heure d'activité en moyenne par jour et dans laquelle peu ou pas de trains s'arrêteront. 
Le public a été invité a poser des questions ou a faire part de ses observations. Plusieurs interlocuteurs ont fait part de leur expérience personnelle et ont participé à nourrir un débat animé à l'issue duquel la plupart des participants auront compris l'irrationnalité de ce projet.
Il est fort dommage que les élus boudent ce type de réunion car cela leur ouvrirait les yeux et leur déboucherait les oreilles.

 Valence d'Agen le 13 avril 2010  Salle Léo GIPOULOU

Pour la réunion-débat de Valence d'Agen, les intervenants n'étaient pas les mêmes, mais, si une grande partie de interventions reprenaient les thèmes déjà abordés le vendredi précédent, tout le monde aura apprécié la présence de monsieur Faucon Lambert, président d'un collectif d'élus du Lot et Garonne, qui a évoqué la contestation d'une partie des élus de sa région et les raisons de la structure de ce mouvement. Il en ressort que seules quelques personnalités influentes sont favorables au projet de construction de la LGV, mais qu'elles entraînent dans leur sillage la plupart des élus qui sont en position de faiblesse et qui ne peuvent lutter contre ces décideurs qui détiennent les cordons de la bourse. En effet, quel maire n'a pas eu recours au conseil général ou au conseil régional lors de la création d'un projet communal lourd, que, par définition, une petite commune n'aurait pu supporter.



Ces élus Lot et Garonnais vont faire procéder à une enquête indépendante, réalisée par des experts aussi neutres que possible, afin de confirmer ce que tout le monde subodore, à savoir le coût exorbitant par rapport au gain estimé.
Dès lors la seule solution rationnelle qui s'imposerait serait celle de la rénovation et mise aux normes des lignes existantes.
Mme la présidente de l'association Tous en Gare 82 est également intervenue afin de montrer son désaccord avec la politique de la SNCF qui supprime des dessertes dans les petites gares et le rabattage des clients sur les TGV. La notion de service public que tout le monde oublie s'accorde mieux avec les propositions de notre collectif qui préconnise la réhabilitation des voies actuelles afin que tout le monde puisse bénéficier d'un train qui s'arrêtera là où il y aura des usagers.



Les questions posées à l'issue de cette présentation démontrent le niveau de désinformation dans lequel on tient le public et le manque d'objectivité des promoteurs de cette ligne qui en fin de compte n'ont que peu d'arguments pour affermir leur position.
 



Créé avec Créer un site
Créer un site