Cantonales 2011 Tarn et Garonne
Nous donnons les réponses des candidats qui ont bien voulu répondre:



Mme Françoise Tardin :

Notre réponse, candidats Front de Gauche, est le refus de tout  financement par les collectivités territoriales, donc vote négatif au Conseil Général (si nous y étions). Cette réponse est déjà inscrite dans notre journal, page départementale comme locale, notre profession de foi, et fut déjà énoncée dans la conférence de presse départementale de lancement de campagne. D'une part, compétence nationale ; d'autre part utilisation d'argent public pour le profit d'une société privée, c'est NON. Enfin , opposition à tout partenariat public-privé, tel le pont de Verdun.

Jeannine Meignan et Martial Roufy,Candidats Front de Gauche-Parti de Gauche;
Candidats aux élections cantonales, dans le Tarn et Garonne, sur le canton 6 de Montauban, nous avons clairement et publiquement pris position sur le projet de LGV qui devrait traverser notre département et sur son financement par le Conseil général. Nous refuserons de voter le financement par le Conseil Général de la future Ligne à Grande vitesse car son coût financier et écologique est exorbitant et qu’il incombe à l’Etat. Quant à la gare TGV prévue en plein champ, c’est une aberration environnementale et économique, la gare de Montauban–Villebourbon pouvant être agrandie pour recevoir les TGV qui emprunteraient les lignes existantes aménagées et modernisées. Nous agirons pour favoriser la rénovation et l’aménagement des grandes lignes existantes. Pour nous, il est clair que la stratégie de l’Etat, via la SNCF et RFF, est de réduire la desserte sur la grande ligne historique PaLiTo, afin de « rabattre » les usagers-clients sur la LGV. Le processus est enclenché depuis au moins décembre 2007 lorsque la SNCF a supprimé des arrêts à Caussade et Montauban sur cette grande ligne. Seules les mobilisations citoyennes ont permis d’en rétablir un certain nombre. Précisons que nous condamnons la méthode de financement choisie pour un équipement structurant de cette nature et de cette importance : le partenariat public-privé (conclu avec Vinci, pour la portion Tours-Bordeaux). Le service ferroviaire est un service public, le financement de la construction, de l’entretien et de la modernisation du réseau doit rester public. Le Front de Gauche s’oppose et s’opposera de toutes ses forces à la libéralisation du rail qui livre ce service, sur ses tronçons les plus rentables, aux entreprises privées en quête de profits. Il souhaite rétablir un monopole public ferroviaire et développer des transports collectifs pour les voyageurs et le fret.
  

Pour le groupe Front de Gauche :PCF-PG-GU 

Nous mettons sous format Word la réponse complète, voir le lien ci dessous
Guilhem serieys.doc

Mme Sylvie Bordy-Tortajada et Jean-François Castel 
Voici leur réponse sous format PDF
LGV.pdf  









Créé avec Créer un site
Créer un site