Opposants LGV Bordeaux-Toulouse : lancement d’une nouvelle coordination

 

Dépêche de l'AFP du 25/10/2010 |

 

 Des opposants à la ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse, de la Gironde (33), du Lot-et-Garonne (47) et du Tarn-et-Garonne (82), ont créé le 25 octobre au pied de l'Hôtel de région à Bordeaux une coordination interdépartementale pour proposer une alternative à la nouvelle ligne.

Le décor : parvis de l'Hôtel de Région à Bordeaux
Date des faits : 25/10/2010

 

« Nous regroupons nos forces pour dire non à la LGV, oui au TGV sur les lignes existantes », a expliqué Claude Semin, l’un des 30 opposants présents lors de cette opération symbolique sur le parvis de l’Hôtel de région d’Aquitaine, alors que la collectivité votait le même jour sa contribution (306 millions d’euros) pour le tronçon Tours-Bordeaux de la future LGV.


La signature :

La coordination interrégionale 33, 47, 82 regroupe 30 associations riveraines du tracé Bordeaux-Toulouse et représente, selon ses promoteurs, 50.000 adhérents « opposants à la création d’une nouvelle ligne ».


La signature :

« Nous allons dépenser huit milliards d’euros pour construire une ligne pour gagner 12 minutes sur la liaison Bordeaux Toulouse », a déclaré Claude Semin, affirmant que « le réaménagement de la ligne existante ferait économiser six milliards d’euros ».

« Dans cette période où il faut faire des économies, nous demandons un moratoire de six mois pour étudier la faisabilité technique de l’aménagement de la ligne existante », a-t-il ajouté.

Photo de famille :

 Les associations membres du collectif Val de Garonne et Lomagne étaient représentées. Nous faisons ainsi partie de ce grand rassemblement d'opposants qui essaie de faire entendre la voix de la raison.

Sur un trajet si court entre Toulouse et Bordeaux, un LGV ne se justifie pas. Anéantir toute forme de vie sur plus de 2000 hectares n'est pas un acte de développement durable comme on veut bien nous le présenter.

Ce n'est pas un bon investissement non plus. Plus de 4 milliards (estimation de 2005) pour gagner quelques minutes ??? Quel responsable d'entreprise oserait faire une connerie pareille sans se faire virer par son conseil d'administration ???
Heureusement, nous ne sommes pas dans ce cas de figure, nous ne sommes pas dans le privé. C'est beaucoup plus facile avec l'argent du contribuable.


 




Créé avec Créer un site
Créer un site