Samedi 23 mars de très nombreux habitants du sud-Gironde ont participé à la manifestation de Nérac pour assurer les habitants du Lot-et-Garonne de leur solidarité dans le combat contre le projet inutile et destructeur des LGV.
 
                                                    

 
La lutte contre les lignes ferroviaires à grande vitesse n’est pas celle des Lot-et-Garonnais, des Tarn-et-Garonnais, des Girondins, des Basques ou des Landais, mais celle de citoyens responsables et libres qui veulent contribuer à la construction d’une société qui répond à leurs besoins et à leurs souhaits. Ce qui n’est pas bon pour nous n’est pas meilleur pour les autres. 
Les LGV ne doivent se faire ni ici ni ailleurs !
Le Président de la République, lors de sa visite à Bordeaux en janvier dernier, a déclaré : « ça passera, parce que ça doit passer. C'est l'avenir ! ». Cette déclaration démontre le caractère idéologique de la construction des LGV qui ne souffre aucune critique. Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir !


 

Les LGV sont des projets d’un autre monde, celui du toujours plus, toujours plus vite, toujours plus de déplacements, toujours plus de gaspillage, au prix de milliers d’hectares de nature et de terres agricoles détruits (plus de 8000 hectares pour les seuls projets SEA/GPSO). Ce monde est un monde de fous qui ne tient aucun compte de la réalité. La réalité c’est une Europe en récession, c’est un transport de passagers et de marchandises qui, tous modes confondus, n’a pas progressé depuis plus de six ans (le transport routier de marchandise a même diminué de presque 50 % sur cette période). Ce que nous vivons n’est pas une crise passagère mais une évolution durable de nos sociétés à laquelle une majorité de nos politiques ne savent pas s’adapter.
 

Cette année, tout comme l’an passé, le président de la SNCF fait le constat que les LGV perdent des passagers et font perdre de l’argent à la SNCF dont le bilan est sauvé par la forte fréquentation des trains régionaux. Il est contraint de mettre en place une formule de LGV à bas coût (Ouigo) pour essayer d’augmenter la fréquentation. Qu’en sera-t-il quand il faudra en plus payer à Vinci un droit de passage sur les LGV ? Le constat est sans appel, le modèle économique des LGV ne fonctionne pas parce qu’il est trop cher et qu’il ne répond pas aux besoins de la population ! 
Mardi dernier, Guillaume Pepy a été reconduit comme président de la SNCF suite à un vote unanime des commissions du Sénat et de l’Assemblée Nationale. Lors de son audition, il a déclaré : «Les priorités de la SNCF ont beaucoup changé ces dernières années. On n’est plus sur le tout TGV. On est sur la priorité absolue des services publics de la vie quotidienne, ceux qui sont utilisés quotidiennement par 4 millions de français sur le territoire et qui permettent d’aller à l’école, au collège ou au travail et qui sont au service de tous ». « La priorité absolue doit aller au réseau existant, à son entretien et à l’amélioration des lignes qui sont le plus en difficulté ». On ne peut pas mieux dire !

 

Il est clair que les projets de LGV ne sont pas faits pour répondre aux besoins de la SNCF. En fait, les LGV comme Tours-Bordeaux sont de simples pompes à fric pour des sociétés comme Vinci qui obtiendrait de l’Etat des bénéfices garantis de 15% sur 50 ans pour un investissement fait en grande majorité avec de l'argent  public. La construction de LGV détruit notre cadre de vie tout en nous endettant sur plusieurs générations. 
La construction de LGV doit être abandonnée au profit de l’aménagement et de la modernisation du réseau existant !



Créé avec Créer un site
Créer un site