* * * * * * *
NOTRE COLLECTIF

* * * * * * * * * * * *


 


Voici le texte d'une motion remise à notre députée, Mme Sylvia Pinel lors de sa compagne électorale dans le canton d'Auvillar en février 2010.

Madame la députée,

 

Au nom du collectif  des associations de sauvegarde  du Val de Garonne et de la Lomagne, nous sommes aujourd’hui présents dans cette salle pour obtenir quelques réponses concernant le projet LGV.

La LGV c'est:

 - Une cicatrice de plus dans notre environnement déjà marqué (pylônes haute tension, autoroute A62 ), des nuisances supplémentaires qui auront des conséquences irréversibles sur nos communes en termes de qualité de vie, un des nombreux critères qui font l'attrait de notre région.

-   Elle n'apporte rien en terme d'emploi, la construction est aux mains des grands pôles financiers et de BTP (Bouygues, Vinci, Eiffage,…), le développement des activités économiques autour de l'arrivée de la LGV n'est pas prouvé (CF un extrait du rapport du Débat public)

-  Ce sont des milliers d'hectares agricoles supprimées allant à l'encontre de la loi d'orientation agricole. (Chaque année c'est déjà l'équivalent de la surface d'un département qui disparaît en terres agricoles)

- C'est un engagement financier démesuré (40 ans d'endettement a précisé le président de région Mr Martin Malvy). L'argent mis dans ce projet ne sera pas mis ailleurs. 

La cour des comptes affirme dans un rapport public:

 « Les évaluations préalables de la rentabilité socio-économique de ces investissements (pour l'ensemble de la société et en tenant compte des avantages et coûts non monétaires) montrent qu'elle est trop souvent insuffisante pour les justifier économiquement ». 

Cet argent pourrait servir à satisfaire d'autres priorités notamment l'amélioration du transport de proximité.   

- Oui nous sommes pour l'amélioration et le développement des transports en chemins de fer mais ce besoin porte en priorité sur des déplacements régionaux, voire interrégionaux. Au vu des derniers événements la LGV ne s'inscrit pas dans cette démarche.  

-  La LGV s'affiche pour le désenclavement des métropoles, Bordeaux, Toulouse mais participera à l'enclavement des villes intermédiaires (Caussade, Cahors, Castel, Valence d'Agen, etc...). On peut craindre au vu des priorités contestées de RFF en matière d'investissement et au vu du peu d'argent qui restera dans les régions, une sérieuse dégradation des lignes de proximité, jugées non rentables ou trop chères. 

La cour des comptes recommande: 

« Il convient en effet de remédier rapidement à la dégradation du réseau et d'améliorer la qualité du service rendu aux clients du transport ferroviaire sur les lignes qui resteront ouvertes à la circulation. Le financement du plan de rénovation du réseau doit d'abord être consolidé, notamment au-delà de 2010 ».
 
En conclusion

 Ce projet nous coûte cher, ne répond pas aux services attendus par la majorité de la population, aura des conséquences dramatiques sur notre environnement.

 La population non concertée s'en inquiète. Les mobilisations spontanées de ces derniers jours , le nombre d'associations créées dans les villages, le prouve. 

 Il existe une solution alternative :

 La ligne existante rénovée pour atteindre 220 km/h serait aussi rationnelle, beaucoup moins coûteuse et répondrait aux besoins de la population tout en s'inscrivant dans les recommandations du Grenelle de l'environnement.

 Nous vous demandons  de prendre position pour l'arrêt de ce processus et vous associer au collectif d'élus déjà créé dans le lot et Garonne demandant le lancement d'une une contre enquête indépendante.

  
Réponse faite  à deux membres du collectif à l'issue de la manifestation de Castelsarrasin du 20 février 2010 : "je n'ai rien à vous dire".

Voilà l'intérêt que porte Mme Pinel aux populations concernées.


Haut de la page

 

 




Créé avec Créer un site
Créer un site